Abilio Diniz, un séducteur à la conquête de Carrefour

Abilio diniz, un séducteur à la conquête de carrefour

10 ans après l'ouverture par Abilio Diniz (www.lefigaro.fr/societes/2015/09/24/20005-20150924artfig00397-abilio-diniz-un-seducteur-a-la-conquete-de-carrefour.php) du tout premier libre-service à la toute fin des années 1950, le groupe GPA rassemblait mille quatre cents collaborateurs et quarante supermarchés. En référence au célèbre Pain de Sucre de Rio, le magasin de la famille Diniz est appelé Pão de Açúcar. Pour développer sa propre chaîne, il s'est inspiré du succès du groupe Carrefour, dont il a connu les créateurs en 1974. À la fin des années cinquante, le père d’Abilio Diniz comprend que le commerce trouvera son avenir dans les grandes surfaces et le libre service.

La collaboration avec Casino, un épisode inachevé

L'opposition du PDG de Casino et le recul de la Banque Brésilienne de Développement provoquent l'échec du regroupement de GPA avec Carrefour Brésil. Abilio Diniz peut de nouveau envisager des investissements dans tous les secteurs économiques grâce à un accord signé en septembre 2013 avec Casino, lequel le délivre de la clause de non-concurrence. Le groupe Pão de Açúcar retrouve son équilibre comptable à l'issue de la crise et commence à parler de partenariat avec Casino. Il affronte en effet la concurrence de Carrefour sur ses terres brésiliennes. Abilio Diniz revend des actions à hauteur d'un milliard de dollars au groupe Casino. Jean-Charles Naouri, le président directeur général de Casino, est censé prendre la tête du groupe Pão de Açúcar sept années plus tard.

Bénéficiant d'une richesse évaluée à 3,7 milliards de $, Abilio Diniz est le 10e homme le plus riche du sous-continent brésilien, d'après "Forbes". Au Brésil, l’une des personnalités les plus puissantes n'est autre que le businessman. Abilio Diniz fait partie des personnages les plus fascinants du Brésil.

Abilio Diniz, un patron qui a traversé les difficultés

A la fin de la décennie 1980, Abilio Diniz est membre du Conseil Monétaire brésilien en phase d'inflation démesurée. En 1999, GPA se rapproche financièrement et commercialement du groupe français Casino. Abilio Diniz conçoit un plan de sauvegarde drastique permettant de sauver le groupe Pão de Açúcar, qui vend son activité dans la péninsule ibérique, licencie vingt mille salariés et ferme un tiers des grandes surfaces.

Abilio Diniz s'occupe de BRF et recherche de nouvelles perspectives d’investissement depuis son départ du groupe Pão de Açúcar. Il renoue avec le domaine de la grande distribution au Brésil, à presque 80 ans et en compagnie d'un partenaire de premier plan. En 2013, Abilio Diniz est nommé président du conseil d’administration de Brasil Foods (BRF), un géant de l'agroalimentaire.